Afri’ Actu : ADO : les cartes à rebattre

L’homme propose, Dieu dispose ! La mort du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, la semaine dernière, en est la parfaite illustration. Le candidat désigné en mars 2020 par le président Alassane Dramane Ouattara (ADO) pour représenter le RHDP à la prochaine présidentielle était considéré par les observateurs comme la pièce maîtresse de sa stratégie de quitter constitutionnellement le pouvoir tout en continuant d’en tirer les ficelles.

Plusieurs analystes étaient unanimes à voir  Ouattara jouer à la Poutine pour devenir le Premier …….de son protégé une fois ce dernier à la tête du pays.  Le rappel à Dieu de celui-ci survient donc au plus mauvais moment pour sa famille politique.  A commencer par ADO lui-même obligé de rebattre ses cartes pour  définir  un  nouvel avenir politique pour le RHDP.  Plusieurs opportunités s’offrent ainsi à lui.

Primo : le président Ouattara pourrait choisir dans son entourage immédiat un autre dauphin à imposer à sa famille politique. Pour continuer de mener sa stratégie de quitter le pouvoir en y restant ! Sauf que ce choix  s’avère désormais difficile et risqué. La désignation à la présidentielle du Premier ministre Coulibaly comme candidat avait déjà suscité assez de jalousie voire la rébellion chez des ténors du RHDP. D’ailleurs on les voyait difficilement le soutenir au moment décisif. Que reste-t-il alors à ADO ?

Deuxio : puisqu’il n’est plus inéligible pour un troisième mandat, au regard de la Constitution  promulguée en 2016, le président sortant serait tenter d’imposer au RHDP sa candidature pour se succéder à lui-même à la magistrature suprême. Et là ce ne sont pas les prétextes qui lui manqueraient. Il y a la candidature déjà déclarée d’Henri Konan Bédié pour le PDCI-RDA et celle, éventuelle, de Laurent Gbagbo, tous des anciens Chefs d’Etat ! Donc des candidats de taille. Mais il y a aussi  et surtout la candidature éventuelle (parce qu’il est condamné par contumace à 20 ans de prison) de l’ancien Premier ministre et président de l’Assemblée nationale !

Tertio : une option parait plus complexe pour ADO car il s’agit de se réconcilier avec Guillaume Soro. Mieux, le faire adouber au sein de la famille RHDP pour en être le porte-étendard. Depuis longtemps, ADO regretterait sa brouille avec Soro et des négociations secrètes seraient en cours entre les deux anciens complices, à en croire plusieurs sources. Cette troisième option pourrait être un pari très risqué car au cas où Soro accepterait et qu’il devienne président élu, rien ne garantit qu’il ne   refuserait pas d’être la marionnette d’ADO.

Gaoussou Madani Traoré

Source : Le Challenger

Laisser un commentaire