Affaire Ras Bath : Un avertissement sans frais !

“Ceux qui rendent une manifestation pacifique impossible rendront une manifestation violente inévitable.” Si seulement le régime du président IBK s’était approprié cette affirmation de John Fitzgerald Kennedy, nul doute que les morts de Gao et Bamako auraient pu être évitées.

Contenter le peuple et ménager les grands, voilà la maxime de ceux qui savent gouverner. Oubliant que les grandes révolutions naissent des petites misères comme les grands fleuves des petits ruisseaux.”, les autorités jouent imprudemment avec la colère d’un peuple largement sous estimé.

Loin d’être anodines, les échauffourées suscitées par l’arrestation du célèbre chroniqueur Mohamed Youssouf Bathily dit Rast Bath sont révélatrices d’un malaise général créé par l’incapacité du président de la république à stabiliser le navire Mali. Un seul déclic, l’irréparable est à craindre.

Pour Luis Vaz de Camoens “Un roi faible affaiblit le peuple le plus fort.”L’exemple du Mali sous IBK confirme bien cette citation. A force de disperser son énergie sur plusieurs fronts, le gouvernement malien est partout et nulle part. Incapable d’apporter ne serait est ce qu’un début de solution aux différents maux qui minent notre pays, les autorités font office de prédateurs aux yeux de l’immense majorité de nos compatriotes qui regrettent plus que jamais leur choix de 2013.

Les martyrs représentent l’un des plus puissants leviers de l’humanité qui peuvent transformer une populace altérée de sang en un groupe d’hommes prêts à mourir pour un idéal de justice ou de liberté. Est-ce le cas pour Ras Bath ? De toutes évidences, pour une bonne partie des jeunes de Bamako, la réponse est Oui. La grande mobilisation pour le soutenir mercredi dernier est un avertissement sans frais pour les autorités.

Encore une fois, dans ce cas précis le régime IBK a fait fi de la notion de timing comme dans toutes ses entreprises. Au delà de la légalité, tout acte posé au nom de l’Etat doit forcement obéir à un timing, au risque d’avoir l’effet contraire. Tout comme la démolition des Kiosques par le gouverneur du district, l’arrestation de ce chroniqueur aux radios Maliba FM et Renouveau FM paraît irréfléchie. Que dire du calendrier des élections communales, prévu à la même date que le pèlerinage des catholiques à Kita.

Aujourd’hui, il est clair que le gouvernement fait les frais d’un pilotage à vue déconcertant. Curieusement, pourquoi avoir attendu tout ce temps pour constater les dérives de Ras Bath ? La question mérite d’être posée d’autant plus que quand il soutenait IBK, il n’a pas été inquiété. Dès qu’il a commencé à s’insurger contre Ami Kane et IBK, la donne a subitement changé. C’est là où le procureur s’est rendu compte de ses infractions.         .

Aujourd’hui considéré comme un martyr par plus de 77% de nos compatriotes, le célèbre chroniqueur est vu comme un homme dont les propos crus dérangent les autorités. L’incapacité du gouvernement à répondre aux aspirations du peuple est un facteur non négligeable dans la tension de plus en plus perceptible dans notre pays.

Tant que le gouvernement ne trouvera pas la solution aux déguerpis et à la perte gratuite de nos soldats en manque d’équipement adéquat, une simple marche peut basculer. Quand le peuple a faim, le peuple a froid, la misère le pousse au crime ou au vice, disait Victor Hugo.

LE LIEN AVEC L’OPERATION AMI KANE

“Faute de vision, le peuple vit sans frein. ” Pilotage à vue oblige, le Mali est malheureusement arrivé à ce point aujourd’hui. Au delà des partisans de Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath, les victimes de l’opération Ami Kane ont joué un grand rôle lors de cette grande mobilisation.

Abandonnés à eux même, ceux-ci n’attendent qu’un déclic pour manifester leur ralle-bol contre le président de la république, son gouvernement et son gouverneur Ami Kane. Quand on jette des milliers de jeunes au chômage comme des vulgaires criminels pendant que le sien se pavane entre les avions aux frais du contribuable, il faut s’attendre à de telle réaction dès que l’occasion se présente.

Les révolutions coupent les têtes alors qu’il suffirait de changer les cerveaux pour trouver la solution. Si IBK savait cela, il se serait remis en cause afin de changer de fusil d’épaule pour l’honneur et le bonheur des maliens. Quand le pyromane joue au pompier, tôt ou tard il laissera sa plume.

Quiconque est injuste se met volontairement hors la loi sociale, et se déclare l’ennemi de la société, car un acte d’injustice n’est pas préjudiciable seulement à celui qui en est la victime, il s’étend à tous ; il provoque, il encourage les petites âmes à la révolte, à la haine, à la vengeance.

Que Dieu sauve le Mali !

Lamine Diallo

Source: Nouvelle Tribune

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.