A Ménaka, la MINUSMA finance 4 projets à impact rapide à hauteur de 100 millions de F CFA

La commune urbaine de Ménaka a accueilli ce mardi 9 aout une délégation venue de Gao, pour procéder au lancement de quatre projets de construction et de réhabilitation d’infrastructures qui contribueront à la restauration d’une paix durable, de la cohésion sociale et l’accès des populations à la justice. Ces projets portent sur la réhabilitation de la Maison d’arrêt, du Tribunal de première instance initialement, de la Station de Radio rurale et du Stade omnisports de Ménaka, nouvelle région administrative du Mali en manque d’infrastructure et de structure de développement.

La délégation venue pour la circonstance était composée du représentant du Chef du Bureau régional de la MINUSMA à Gao, du Président du Tribunal de grande instance (TGI) de la région de Gao, du Procureur de la République près le TGI de Gao, du Directeur régional de l’administration pénitentiaire et d’un Officier de la section des Droits de l’Homme de la MINUSMA.

M. Mohamed Haidara, nouveau Préfet d’Inegar, représentant le Gouverneur de la région de Ménaka à la cérémonie commente l’investissement de la MINUSMA en ces termes : « Jusque-là, nous n’avions que l’exécutif à Ménaka et pas le judiciaire et vous savez ce que cela pose comme problème dans la vie quotidienne  des populations. Le commissaire de brigade qui est là, travaille dans d’énormes difficultés par manque de juge et de prison. Souvent, il est obligé de s’organiser avec les forces de sécurité pour transporter les suspects à Gao pour les mettre à la disposition de la justice. Donc nous sommes très joyeux de vous voir venir pour faire le lancement de la réhabilitation du palais de justice et de la prison ».

L’accès à la justice, un défi à la paix durable

Après une visite guidée des quatre sites déjà en construction dont l’un en finition, la délégation s’est arrêtée dans les locaux en réhabilitation  du Tribunal pour échanger avec les représentants des organisations de la société civile invités à la cérémonie. « Votre arrivée ici aujourd’hui est salutaire parce que vous venez pour réhabiliter ce qui a été détruit pendant la crise, surtout dans le domaine de la justice. On ne peut parler de justice, sans prison, sans magistrat… Donc j’aimerai dire au procureur de la république que nous n’avons pas de juge et nous vous demandons de transmettre cette doléance à qui de droit. Nous souhaitons que le juge soit ici avant la fin de la construction de la prison et du palais de justice » leur a laissé entendre Nanoute Ag Kotia, Maire de la commune urbaine de Ménaka.

La délégation a reconnu la nécessité de faire venir les acteurs judiciaires dans la nouvelle région. « Je tiens à  vous garantir que dès notre retour à Gao, nous en ferons notre premier souci en informant qui de droit pour que vous ayez un juge. Nous même étions surpris qu’il n’y ai pas de juge au cours des mutations à Ménaka. Comme vous l’avez bien dit, il ne peut y avoir de tranquillité et de paix dans un endroit où il n’y pas de justice. Il faut que les acteurs soient là. Nous avons traversé les airs pour venir, nous avons accepté de quitter Bamako pour venir à Gao, beaucoup de personnes auront pu le faire. C’est un sacrifice, d’aucuns le feront. Rassurez-vous que nous allons transmettre le message à qui de droit et vous aurez un juge » a conséquemment répondu M. Alhousseini Salaha,  Procureur de la République près le TGI de Gao.

L’échange franc et courtois s’est poursuivi dans le hall du Tribunal en chantier sous le regard du représentant du Gouverneur de la région de Ménaka, qui a mis l’accent sur la nécessité du fonctionnement de l’appareil judiciaire en disant : « C’est une grosse épine que vous nous retirez du pied. Merci également de nous garantir l’arrivée prochaine du juge ou des juges parce que nous sommes désormais une région, donc un Tribunal de grande instance qui aura besoin de beaucoup de magistrats » a – t – il ajouté.

Les travaux de réhabilitation de la Maison d’arrêt de Ménaka et du Tribunal de première instance viendront résoudre plusieurs problèmes auxquels sont confrontées les autorités.

« Une ville sans justice c’est vraiment du désordre total. C’est la justice qui met de l’ordre, c’est la justice qui est le socle de la démocratie, de l’état de droit, c’est la justice qui garantit la sécurité, la paix et le développement dans une localité. Je suis très fier de cette mission de Ménaka parce qu’elle augure beaucoup de chose pour cette localité. Les populations l’ont  déjà dit et nous avons senti qu’il y a vraiment un problème de justice qu’il faut  vite combler. Les mesures les plus urgentes seront de nous organiser pour  tenir une audience foraine dès que les infrastructures sont prêtes pour que la population de Ménaka sache que la justice est  là, qu’elle peut vivre paisiblement et vaquer tranquillement à ses occupations  habituelles» a déclaré M. Moustapha Samaké, Président du Tribunal de Grande Instance de la région de Gao.

Pour sa part, le Directeur régional de l’administration pénitentiaire se voit en mesure, avec cet appui de la MINUSMA, de désengorger la Maison d’arrêt de Gao et voir l’arrêt des transfèrements des prisonniers de Ménaka à Gao, un axe particulièrement dangereux. « Ça sera un ouf de soulagement pour l’administration pénitentiaire. Puisque cela va nous permettre de rendre opérationnel cet établissement dans la mesure où tout le personnel nommé pour son fonctionnement  a été déjà nommé et attend à Gao. A la fin des travaux, ils viendront s’installer à Ménaka pour prendre fonction et cela va nous permettre de désengorger la maison d’arrêt de Gao. Ça sera l’occasion pour nous d’arrêter le transfèrement des détenus de Ménaka à Gao » a expliqué le Capitaine Lamissa Berthé, Directeur régional de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée de Gao.

Dans son allocution, M. Issa Thioune, représentant du Chef du bureau régional de la MINUSMA à Gao et  chef de la section des affaires judiciaires et pénitentiaires a salué l’intérêt des populations sur le retour de  la justice à Ménaka et aussi la volonté des autorités  à combler ce vide. Il a par ailleurs expliqué l’importance des quatre projets à impact rapide sur la commune urbaine de Ménaka « L’objectif est d’accompagner la remise en service du Tribunal et de la Prison de Ménaka, de la Radio rurale et du Stade omnisport de Ménaka. Le retour des services de la justice est un facteur important dans la restauration d’une paix durable, la cohésion sociale, la protection des civils et le respect des droits de la population et leur accès au service de la justice ».

‘’En traversant Ménaka, vous sentez le changement du visage de la ville’’

Compte tenu de leurs missions d’éducation, de développement et de divertissement, la MINUSMA a jugé utile de donner également un coup de jeune à la station de radio rurale et au stade de la localité.  Le Chef du bureau régional de la MINUSMA à Gao dira que « la radio et le stade omnisport sont deux éléments importants de l’épanouissement de la communauté en général. Ils sont aussi des outils qui, s’ils sont utilisés à bon escient, contribuent efficacement au renforcement de la paix et de la stabilité sociale ».

Ibrahim Gariko, Directeur de la radio rurale de Ménaka, a exprimé son bonheur de voir cette radio réhabilitée,  équipée et bientôt en mesure d’émette au-delà de 100 kilomètres autour de la ville de Ménaka. « Nous avons bénéficié aujourd’hui de l’aide la MINUSMA pour réhabiliter la radio et cela est salutaire. Nous avons bénéficié de beaucoup de matériel et nous avons trois sources d’alimentation que sont l’énergie solaire, le groupe électrogène et la ligne électrique de la ville. Le matériel acquis nous permettra d’être à la hauteur des  souhaits des auditeurs. Nous avons commencé à faire des essais et bientôt  nous allons élaborer notre grille de programme réactualisé au bénéfice des communautés.  Nous allons beaucoup œuvrer dans le cadre de la cohésion sociale qui s’est vraiment effritée et nous allons sérieusement travailler pour rétablir le caractère de terre d’hospitalité et du vivre ensemble que nous connaissons de Ménaka ».

Depuis bientôt trois ans, la MINUSMA soutien plusieurs projets dans la ville de Ménaka. Elle continue encore à fournir gratuitement 100 litres de gasoil chaque jour pour l’alimentation électrique de la ville. « Merci infiniment à notre partenaire de tous les jours, la MINUSMA. La MINUSMA a toujours été là depuis que nous étions déportés à Gao. En traversant Ménaka, vous sentez le changement du visage de la ville. Tout ça, c’est grâce aux efforts et l’accompagnement de la MINUSMA. Aujourd’hui nous avons fait le lancement de la prison, de la radio, du stade omnisport et du palais de justice. Les semaines passées nous avons fait le lancement d’autres chantiers à savoir, la gendarmerie, le camp de garde, la police, le logement des préfets et leurs bureaux, nous risquons de passer toute la journée ici en voulant citer les soutiens de la MINUSMA à Ménaka »  a conclut M. Mohamed Lamine Haidara, représentant du Gouverneur de la région de Ménaka.

Source: Minusma

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.