A Khartoum, Omar Al-Bachir jugé pour son coup d’Etat de 1989

L’ancien président soudanais encourt la peine de mort au terme d’un procès, qui a débuté mardi dans la capitale, et qui est consacré aux conditions dans lesquelles il a pris le pouvoir.

Après avoir passé trois décennies à la détruire méthodiquement, le maréchal Omar Al-Bachir, ex-président soudanais, est confronté, mardi 21 juillet, à la justice d’un pays qu’il ne dirige plus, le sien. Le Soudan au bord de l’abîme, en proie à des pénuries, était descendu dans la rue en 2019, bravant la violence de la répression pour faire tomber son dictateur de trente ans. Mardi, c’est l’acte fondateur de son régime militaro-islamiste qui doit être jugé à Khartoum, lors du second procès où comparaît l’ex-président, consacré aux conditions dans lesquelles il a pris le pouvoir lors du coup d’Etat du 30 juin 1989.

Lors d’un premier procès dans le cadre d’un dossier de détournements de fonds, qui n’avait eu qu’une valeur de test, Omar Al-Bachir avait été condamné, en décembre 2019, à une peine de deux ans de résidence surveillée. Cette fois, il s’expose à la peine de mort. Si cette éventualité semble théorique, il importe qu’il ne comparaisse pas seul. Parmi ses coaccusés, au nombre de seize, se trouvent certains des hommes qui ont compté parmi les acteurs principaux du pouvoir depuis le coup d’Etat de 1989, à commencer par Ali Osmane Taha, l’un des instigateurs du renversement de l’ex-premier ministre, Sadeq Al-Mahdi, et figurant parmi les responsables politiques les plus importants des décennies qui ont suivi.

 

Source: lemonde

Laisser un commentaire