A quel âge peut-on faire avoir une relation sexuelle pour la première fois ?

relation sexuelle

A l’adolescence, entre filles et entre garçons, on parle souvent de ça : « tu l’as déjà fait ? Comment ça s’est passé ? Quand comptes-tu le faire ? ». Parfois, tu peux avoir l’impression d’être nul-le car les autres disent l’avoir fait et pas toi. Mais justement, ce sont les autres, et malgré ce qu’ils peuvent dire, ça ne s’est peut-être pas passé comme ils le racontent. Et la première fois, quoi qu’il arrive, c’est une étape, même si elle ne détermine pas forcément ta sexualité future. Savoir si on est prêt-e n’est pas chose facile. On se demande souvent quel est l’âge idéal, « le bon moment ». Il n’y a pas d’âge idéal, si ce n’est ne pas le faire trop tôt et pour les mauvaises raisons. Dans tous les cas, si tu hésites, c’est peut-être parce que le moment n’est pas encore venu pour toi.

15 ans, c’est l’âge de la majorité sexuelle. Bien entendu, c’est pas parce que tu vas faire l’amour avant que tu vas aller en prison. Mais si les juristes ont décidé ça, c’est parce qu’avant 15 ans, on est encore un peu trop jeune pour entamer une relation sexuelle épanouie. Après 15 ans, on est plus mature, donc davantage prêt-e à vivre une première fois et à l’assumer. Et n’oublions pas que l’âge moyen du premier rapport sexuel avoisine les 17 ans tant pour les filles que pour les garçons.

Est-ce la bonne personne ?

Tu as fait une rencontre, tu sens que ta « première fois » pourrait arriver avec cette personne. Mais tu hésites. Si dans ta tête tu te poses des questions sur sa sincérité, il faut tirer la sonnette d’alarme. Quand on n’est pas sûr-e de son ou sa partenaire, quand on ne lui fait pas entièrement confiance, quand on se sent poussé-e à le faire, il vaut mieux attendre et tenter d’éclaircir la situation. Sinon, l’expérience peut être décevante.

Tu peux décider de faire l’amour pour la première fois après en avoir parlé avec ton copain ou ta copine, pour voir s’il ou elle en a envie, et pour lui faire part de tes craintes. Beaucoup de jeunes, surtout les filles, ont peur d’être utilisées par leur partenaire, et de se faire jeter ensuite. D’où l’intérêt de bien connaître l’autre, de lui faire confiance.

Si ce n’est pas le cas, autant ne rien tenter et attendre encore un peu. L’amour doit permettre de respecter le rythme de l’autre. Si l’autre met la pression trop fortement, ou fait du chantage (« si tu ne couches pas avec moi, je te quitte »…), on est bien loin d’une belle histoire d’amour, n’est-ce pas ? Il est essentiel de prendre son temps, il n’y  aucune urgence à vivre sa première expérience sexuelle.

Peur d’avoir mal

Cette peur concerne surtout les filles. Les garçons ont aussi des peurs, bien-sûr, mais elles sont différentes. La première fois, vécue avec un partenaire en qui on a confiance et qui vous respecte, doit plutôt être un moment précieux d’intimité et de tendresse partagées. On peut y aller progressivement.

D’ailleurs si le garçon te respecte il le fera instinctivement. Et on ne le répétera jamais assez : quand on a envie de son petit copain, quand on désire dans son corps et dans sa tête s’ouvrir entièrement à lui, la douleur diminue, car on vit quelque chose d’intense. A l’inverse, la première fois sans désir peut être vécue comme une sorte d’agression corporelle. Du coup notre esprit se branche plus facilement sur la douleur.

Faut-il être amoureux-se ?

Être amoureux, c’est voir la vie en bleu, en rose, en couleurs de la joie et de la force du cœur. L’amour dans le sens où on l’entend dans notre société, c’est plus qu’un sentiment, c’est un état. Qu’on aime pour quelques jours ou pour la vie, cela laisse toujours des traces.

En ce qui concerne le désir, les choses ne sont pas aussi simples. Le désir sexuel est un état corporel plus que sentimental. Il peut y avoir du désir dans l’amour, mais il peut aussi y avoir du désir sans amour. Certaines personnes ne peuvent envisager le désir sans l’amour, pour d’autres au contraire le désir existe même loin de tout sentiment amoureux.

Et pour toi qui vas faire le grand saut, se poser trop de questions n’est pas le moyen le plus habile de se mettre à l’aise. Il faut prendre les choses comme elles arrivent, réfléchir bien-sûr, mais pas au point de se poser des questions purement existentielles. L’amour ne prévient pas, les sentiments non plus, et encore moins le désir. Alors si tu sens que ton cœur chavire, que ta copine ou ton copain est bien avec toi, que vous vous sentez proches, en confiance et si tu ressens du désir, ne cherche pas à faire la distinction sur l’instant. La réponse viendra d’elle-même, sois en sûr-e. Une chose est pourtant claire dans cette immense confusion : l’amour est une grande maison dont l’un des piliers principal est le désir.

 

Source: paroleauxjeunes

Laisser un commentaire